Sept maladies du voyageur, et comment les prévenir

Enfin l'été, et vos vacances bien méritées. Profitez-en ! Avant de partir, il peut s’avérer utile de prendre les précautions nécessaires et de vérifier si votre destination constitue un risque en termes de santé. Cela vaut même si vous ne prévoyez pas de partir à l’aventure dans des zones éloignées – la Turquie ou la Grèce ne sont pas en reste. Voici les sept maladies les plus courantes dont il faut tenir compte lorsqu'on voyage.

1. La diarrhée du voyageur

Également appelée tourista, il s'agit de la maladie infectieuse la plus courante qui frappe les voyageurs. Elle peut, hélas, être contractée à peu près partout. Les symptômes ? Des selles liquides et aqueuses, qui apparaissent souvent dès les premiers jours de votre voyage. N’oubliez pas que votre organisme n’est pas habitué aux bactéries, contrairement à la population locale !

Comment l’éviter : surveillez ce que vous mangez et buvez. Évitez l'eau du robinet et faites bien cuire ou faire bouillir certains aliments comme la viande et les œufs.

Le mal est fait ? Évitez de prendre de l’Imodium ou autres anti-diarrhéiques pendant les vacances. Vous risquez de perturber tout votre système digestif. Le plus important est de boire suffisamment d'eau pour éviter la déshydratation. Sinon, la maladie est généralement bénigne.

2. La fièvre typhoïde

Contrairement à la diarrhée du voyageur classique, la fièvre typhoïde est contagieuse. La vraie cause est souvent la même : les bactéries contenues dans les aliments ou les boissons, surtout dans l'eau. C'est particulièrement le cas en Afrique du Nord, au Pérou et en Inde.

Comment l’éviter : faites-vous vacciner au préalable par votre médecin généraliste, surtout si vous allez voyager hors des sentiers battus. Une fois sur place, faites attention à ce que vous mangez ou buvez. Évitez particulièrement les glaçons que l’on vous sert avec votre boisson.

3. Le choléra

Il s'agit d'une infection bactérienne grave, qui provoque une forte diarrhée. Le choléra attaque le système immunitaire, en particulier chez les personnes âgées et les enfants. Soyez prudent si votre voyage vous amène en Asie ou en Afrique, voire même l'Europe de l'Est.

Comment l’éviter : soyez attentif à ce que vous mangez et buvez. Évitez l'eau du robinet et si vous consommez de la viande ou des œufs, faites-les cuire suffisamment longtemps.

4. L’hépatite A

Elle provoque une inflammation du foie et peut rester dans votre corps pendant très longtemps, jusqu'à plusieurs mois consécutifs. Ici aussi, le manque d'hygiène est souvent en cause. Les zones à risque : la République dominicaine, le Cap-Vert, la Turquie et le Maroc, même si vous êtes originaire de ces pays, mais que vous n'y êtes pas retourné depuis longtemps.

Comment l’éviter : consultez votre médecin au moins deux semaines avant votre départ et faites-vous vacciner.

5. Le paludisme, ou malaria

Ici, c’est un parasite qui est à l’origine de la maladie, et se transmet par une piqûre de moustiques anophèles. La nuit est particulièrement propice à la contagion. Il est donc important de faire preuve de prudence dans les pays concernés..

Comment l’éviter : malheureusement, il n'existe aucun vaccin contre le paludisme. Cependant, il existe un traitement antipaludique, dont les effets secondaires ne doivent pas être sous-estimés. Le mieux, c’est de prévenir les piqûres de moustique. Dormez sous une moustiquaire et portez des vêtements longs.

Le mal est fait ? Consultez immédiatement. Le paludisme peut être mortel.

6. Les coups de chaleur

Attraper un coup de soleil pendant les vacances, c’est si vite arrivé. Parfois, cela peut conduire à un coup de chaleur, notamment au cou et à la tête. Le soleil n'est pas forcément en cause : une mauvaise évacuation de la transpiration, à cause d'une chaleur tropicale humide, est suffisant pour que cela se produise.

Comment l'éviter : par une journée chaude et ensoleillée, gardez la tête au frais en portant une casquette ou un chapeau. Buvez suffisamment tout au long de la journée, surtout si vous transpirez beaucoup, et portez des vêtements de couleur claire.

Le mal est fait ? Restez à l'abri du soleil pendant au moins quelques jours. Mettez continuellement des linges humides et froids sur votre peau et humidifiez-les toutes les cinq minutes. Buvez beaucoup, tout au long de la journée. Consultez votre médecin si vous ne vous sentez pas mieux après 24 heures.

7. Les Maladies Sexuellement Transmissibles

On ne pense pas forcément à les inclure dans cette liste, alors que la période de vacances est propice à une baisse de la vigilance… Surtout si l’alcool entre en jeu. Parmi les MST contractées en voyage, la chlamydia est la plus répandue.

Comment l’éviter : assurez-vous d'avoir toujours des préservatifs sur vous. Ne vous fiez jamais aveuglément à votre partenaire sexuel. Idéalement, vous devriez apporter ces préservatifs depuis la Belgique et ne pas les acheter sur place.

Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Être allergique aux piqûres d’insectes

    Lorsque l’été arrive, on trouve des insectes autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Donc les méchantes piqûres d’insectes augmentent aussi. Mais que faire si vous êtes allergiques à ces piqûres ? Que devez-vous avoir à la maison?

    Quand est-on allergique aux piqûres d’insectes?

    Quels phénomènes indiquent une réaction allergique ? Si vous avez de l’urticaire sur le corps, ça vous donnera des éruptions cutanées qui démangent par exemple. Et aussi les yeux qui piquent et la sensation que votre poitrine est oppressée peuvent indiquer une réaction allergique.

    Quels phénomènes sont alarmants?

    • Anaphylaxie avec les yeux, les lèvres ou la langue très gonflés
    • Chute importante de votre pression sanguine avec éventuellement une perte de connaissance
    • Peur
    • Gonflement des muqueuses et de la gorge, qui empêche de respirer
    • Toux et sifflement de la respiration
    • Urticaire
    • Difficulté de parler
    • Crampes, nausées et vomissements
    • Confusion mentale

    Une piqûre de moustique de guêpe/abeille sont considérés comme irritant. Là où vous êtes piqué, il y aura un gonflement qui démangera ou grattera pendant quelques heures. Après ça, l’œdème redevient normal. Mais certaines personnes sont extraordinairement sensibles aux piqûres d’insectes, pour être plus précis au venin des abeilles, guêpes, frelons et fourmis rouges. Vous avez aussi des réactions plus modérées, qui ne sont pas de nature allergique, qui sont provoquées par les moustiques, tiques, mouches piquantes et certaines araignées.

    Il est important de savoir : quelqu’un qui a eu une réaction hypersensible la dernière fois, aura plus de risques à la prochaine piqûre. Le risque d’un réaction généralisée est, de plus, impossible à prévoir.

    Diagnostique:

    Lorsque vous avez une réaction allergique à une piqûre d’insectes, vous en voyez les effets dans les minutes qui suivent. Si vous êtes faiblement sensible, des démangeaisons apparaissent et la piqûre commence à gratter. Vos yeux aussi peuvent être affectés et commencer à gratter.

    Mais lorsque vous êtes hypersensible, les symptômes sont bien plus graves. Un excès d’urticaire, anaphylaxie avec crampe de la gorge (qui provoque des difficultés à respirer), nausées, crampes au ventre, vous pouvez même perdre connaissance…

    Ces réactions extrêmes peuvent survenir dans les minutes qui suivent ou parfois quelques jours après. Mais retenez ceci : plus la réaction est rapide, plus les phénomènes sont graves. C’est pourquoi il est très important de consulter un médecin. Car vous devrez être traité par une injection d’adrénaline. Avoir les bons médicaments à la maison, EpiPen entre autres, est donc très important ! Vérifiez également la date de péremption.

    Ne prenez une réaction allergique à une piqûre d’insectes à la légère. La réaction peut être de modérée à mortelle, donc prenez vos précautions à temps. Si dans tous les cas, vous êtes sensibles aux piqûres d’insectes, utilisez déjà de façon préventive les bons médicaments comme les sprays antiallergiques, pansements spéciaux…

    Les personnes très sensibles peuvent se mettre en sécurité en ayant toujours sous la main un kit de premiers secours contenant entre autres les antihistaminiques et une seringue d’adrénaline.

    Traitement:

    En cas de réaction très sévères aux piqûres d’insectes, le médecin pratiquera la réanimation. En cas de problème aux poumons, une intubation aura lieu. On doit aussi donner une injection d’adrénaline, qui diminue déjà fortement la réaction.

    En cas de réaction moins grave, vous pouvez limiter les conséquences en éviter la propagation du poison. Faites disparaître le dard de l’insecte et placez de la glace sur la piqûre pour diminuer le gonflement.

    Conseils pour éviter les piqûres d’insectes:

    • Évitez l’environnement des ruches et des fleurs en floraison.
    • Évitez l’environnement des poubelles et des fruits pourris dont les guêpes raffolent.
    • Ne portez pas de déodorant parfumé, d’après-rasage ou de crème solaire. Ceux-ci attirent les abeilles et les guêpes.
    • Ne marchez pas pieds nus dans l’herbe.
    • Ne tuez pas une abeille ou une guêpe près d’une ruche.
    • Évitez les mouvements brusques quand une guêpe est dans les parages.
    • Portez à l’extérieur des chemises à manches longues et des chaussures fermées. Ayez des vêtements fermés pour éviter que les insectes puissent trop facilement s’y introduire.
    • Un pique-nique ou un barbecue attirent aussi les abeilles et les guêpes.

    Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter hebdomadaire et recevez un chèque cadeau d’un valeur de 5€ à l’achat de 50€ !

  • Maladie de Lyme : quelles conséquences ?

    Qu'est-ce que la maladie de Lyme et comment savoir si vous en souffrez ? Nous énumérerons ci-dessous tous les symptômes et les conséquences possibles pour vous, afin que vous en ayez un aperçu complet, indispensable pour établir un diagnostic. Si vous pensez souffrir de la maladie de Lyme, ou que vous avez doutes, consultez immédiatement un médecin. 

    Qu'est-ce que la maladie de Lyme ?

    La maladie est causée par une piqûre de tique. Après la piqûre, une lésion rouge et prurigineuse apparaît sur votre corps. Normalement, la plaie d’une piqûre de tique est inférieure à 5 cm et disparaît après quelques jours. Lorsque la tique est infectée par la bactérie Borrelia et reste dans votre organisme pendant plus de 36 heures, la piqûre peut causer la maladie de Lyme. Si les parasites sont enlevés au plus tard 24 heures après la piqûre, le risque reste plutôt faible. Cette maladie est plus fréquente chez les personnes qui passent beaucoup de temps à l’extérieur, au contact de la nature, que ce soit pour le travail ou comme passe-temps. Les hommes âgés de 45 à 64 ans sont particulièrement touchés par la maladie de Lyme.

    Comment reconnaître la maladie? (symptômes)

    • Symptômes de la phase primaire (de 3 jours à 3 mois après la piqûre)

    Surveillez votre peau et vérifiez régulièrement qu’il n’y ait pas de tâche rouge qui apparaisse, puis qui grossisse, également nommé érythème migrant. Des symptômes semblables à ceux de la grippe peuvent également se manifester : maux de tête, maux de gorge, fatigue, fièvre…

    • Piqûre de tique qui ne disparaît pas en 36 heures

    Quelques jours après la piqûre, des symptômes peuvent apparaître, mais ce n'est pas toujours le cas. Parfois, les symptômes ne se manifestent que plusieurs mois ou années plus tard.

    • Symptômes de la phase secondaire (quelques semaines à mois après la piqûre)

    Ces symptômes n'apparaissent qu'un certain temps après la piqûre : douleurs dans les bras et les jambes, arythmie cardiaque, vision double, déformation faciale due à la paralysie musculaire,....

    • Manifestations et troubles articulaires (quelques mois à années après la piqûre)

    Plusieurs mois, voire années après la piqûre, les symptômes peuvent encore apparaître. Il s'agit notamment de douleurs ou de gonflement des articulations (souvent le genou), de troubles de la mémoire, de l'humeur et du sommeil, mais aussi de troubles sensoriels des extrémités comme les doigts.

    • Infection chronique

    Une infection chronique peut causer une maladie chronique de la peau, habituellement chez les femmes plus âgées. Cela se traduit par des plaies de couleur pourpre-rouge qui peuvent devenir rigides en quelques années.

    • Problèmes neurologiques

    Paralysie du nerf facial, douleur, parésie (paralysie motrice d'une ou plusieurs zones du corps), maux de tête.

    Important à savoir : tous ces symptômes ne se produisent que si la maladie de Lyme n'est pas traitée. L'administration d'antibiotiques au moment du diagnostic prévient normalement ces complications ou les guérit, si la maladie n'est pas détectée avant l'apparition des complications.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Tout sur les compléments alimentaires

    Comme leur nom l'indique, les compléments alimentaires sont des substances qui sont prises en complément de l'alimentation quotidienne. Ils représentent un apport supplémentaire en calories, en protéines, en vitamines, en minéraux ou en oligo-éléments. À qui se destinent-ils ? Quand faut-il les consommer ? 

    Qu'est-ce ?

    Les compléments alimentaires sont généralement des aliments prêts à l’emploi, enrichis en apport énergétique ou protéiné. Ces aliments peuvent être consommés en plus de l'alimentation régulière.

    Il faut distinguer complément alimentaire et substitut alimentaire. Les compléments s'utilisent pour combler une carence, par exemple en cas de maladie (cancer), de faiblesse passagère ou de blessure. Les substituts alimentaires, eux, remplacent entièrement un repas. Ils sont utilisés par exemple par les personnes souffrant de troubles de la déglutition.

    Les compléments à prendre par voie orale (sous forme liquide) sont des boissons toutes prêtes, consommées pour raisons médicales et servant à fournir au corps un supplément de telle ou telle substance. En cas de perte d’appétit sévère, les repas peuvent par exemple être remplacés par un complément liquide, pour parer aux inévitables carences. Parfois, il est nécessaire d’envisager l’alimentation par sonde pour répondre à des besoins nutritifs spécifiques.

    Attention : ne prenez pas de complément alimentaire sans avoir, au préalable, consulté votre médecin traitant ou diététicien, qui vous conseillera sur le type de complément adapté à votre cas. Il existe une grande variété de compléments : riches en fibres ou en apport énergétique, pour accompagner les patients de la maladie d’Alzheimer, sans lactose, sans sucres...

    Les compléments liquides sont disponibles en pharmacie, sans ordonnance, et se déclinent en plusieurs types et en plusieurs saveurs. Kenkoo vous propose également une gamme de compléments, à retrouver ici.

    Qui est concerné(e) ?

    Patients atteints d’un cancer :

    Un traitement contre le cancer peut affecter l’appétit du patient, et rendre difficile la prise régulière de repas. Les raisons ? Elles peuvent être diverses : une tumeur située sur l’appareil digestif, des nausées et des vomissements à cause du traitement… ; et mènent à une perte de poids inévitable. Parfois, l’amaigrissement est à peine remarqué par le patient. Dans tous les cas, il est important d’agir vite : il faut éviter autant que possible toute perte de masse musculaire, et toute carence en vitamines et en minéraux.

    Dans un premier temps, l’alimentation elle-même peut être enrichie en apports énergétiques et protéinés, voire en multivitamines et en minéraux. Il faut signaler toute perte de poids au diététicien spécialisé en cancérologie. Il/elle vous apportera des conseils personnalisés, et vous indiquera s’il est nécessaire de prendre des compléments alimentaires ou non.

    Si rééquilibrer son alimentation ne suffit plus, il faut envisager les compléments liquides. Leur consistance fait penser à un laitage, du type milkshake, mais certains sont disponibles sous forme de jus, de pudding, de yaourt ou de soupe.

    En période de cicatrisation :

    Quel rôle pour les compléments alimentaires ?

    Après l'eau, les protéines forment la seconde composante de notre corps. C'est grâce aux protéines que les tissus se régénèrent - ce qui est capital lors d'une blessure ou d'un accident !

    Les vitamines sont tout aussi essentielles lors d'un processus de guérison. Toute carence est à éviter. Parmi les autres minéraux accélérant la cicatrisation d'une blessure : le zinc et le fer, qui permet le transport de l'oxygène dans votre sang, vers la plaie.

    Le meilleur réflexe à avoir, cependant, c'est de s'hydrater suffisamment : buvez, buvez, buvez (de l'eau bien sûr) ! Votre plaie doit rester hydratée et éviter tout dessèchement. Sinon, votre plaie risque de moins bien cicatriser, et le processus de guérison s'en verra retardé. Boire 1,5 litre d'eau par jour suffit à maintenir votre organisme en bonne santé.

    Alzheimer, insuffisance rénale...

    Les compléments alimentaires se destinent également aux patients souffrant de la maladie d'Alzheimer ou d'insuffisance rénale. Il existe des compléments spécialement conçus pour ces maladies. Mieux vaut consulter votre médecin ou un diététicien pour un conseil professionnel avant toute consommation.

    Abonnez-vous à notre newsletter sur pharmaciealimentaire.be & Kenkoo et recevez 10% de réduction sur tous les produits de pharmaciealimentaire.be.

  • Sports nautiques et lentilles de contact : à éviter !

    Sans vos lentilles de contact, vous êtes dans le brouillard complet. Vous préférez ne pas avoir à vous en passer, même pendant une séance de natation, de surf, de voile ou tout autre sport nautique. Lentilles et eau : compatible, ou à éviter ? 

    La réponse est sans appel : non. Que vous utilisiez des lentilles souples ou rigides, mieux vaut éviter le contact avec l’eau, et ce, pour plusieurs raisons :

    UN RISQUE ACCRU D’INFECTIONS OCULAIRES

    En tant que porteur de lentilles, vous le savez déjà : l’hygiène est cruciale pour l’entretien de vos lentilles. Une simple douche peut s'avérer risquée, à cause des éclaboussures… alors l’eau de mer ou de la piscine, n’en parlons pas !

    La raison ? L’eau de baignade regorge de bactéries, de micro-organismes et de produits chimiques. Vos lentilles agissent comme une éponge, absorbant ce cocktail nocif en un rien de temps, ce qui augmente fortement le risque d’infection oculaire. Le risque est d’autant plus important si l’eau stagne entre votre globe oculaire et la lentille.

    Les infections oculaires sont à prendre très au sérieux. Les cas les plus extrêmes peuvent mener à une vision diminuée de façon permanente, voire à la cécité ou, dans certains cas, à l’amputation de l’œil. L’eau douce dormante (étangs, lacs) représente le plus grand risque, mais l’eau chlorée de piscine peut également être à l’origine d’infections.

    LES LENTILLES RISQUENT DE PARTIR…

    Puisque les lentilles « flottent » sur le film lacrymal, elles flottent tout autant sur l’eau dans laquelle vous vous baignez, surtout l’eau douce.

    ...OU DE S’ACCROCHER

    Vos lentilles s’imbibent sous l’abondance d’eau de mer ou de piscine, et gonflent. Le chlore contenu dans l’eau fait que les lentilles s’accrochent au globe oculaire, et sont plus difficiles à retirer.

    Oups, vous avez oublié de retirer vos lentilles ? Ne les enlevez surtout pas en sortant à peine de l’eau ! Vous risquez de décoller la cornée. Attendez au moins un quart d’heure, le temps que se reforme un film lacrymal. L’utilisation de gouttes oculaires hydratantes peut vous aider. Dès que vous sentez que les lentilles ne sont plus « collées », vous pouvez les retirer.

    Pour résumer : lors de la pratique d’un sport nautique, les lentilles sont à éviter, sauf si on est sûr et certain que l’eau n’atteindra pas les yeux.

    Hors de question pour vous de faire du sport sans lentilles ? Nous vous conseillons alors d’opter pour les lentilles de jour souples. Jetez ces lentilles juste après votre séance de sport, pour minimiser le risque d’infection. Ensuite, vous pouvez à nouveau utiliser vos lentilles normales.